Archive - 01/11/2018

1
On nous a coupé les ailes d’Emile Bravo

On nous a coupé les ailes d’Emile Bravo

On nous a coupé les ailes d’Emile Bravo

Il fallait vraiment que je réalise une fiche pour ce livre magnifique d’Emile Bravo et Fred Bernard.

Je l’avais déjà depuis 2014, nous avions déjà chroniqué le livre à l’époque et j’attendais le bon moment. C’est fait…

Pour commander

« Le texte tout en pudeur de Fred Bernard, a été inspiré par des petits avions fabriqués dans les tranchées à partir de douilles de balles et de débris d’obus par l’arrière arrière grand-père de son fils. Il alterne lettres et souvenirs, évoque avec justesse les destins brisés par la Première Guerre Mondiale; les illustrations d’Emile Bravo, en deux ambiances, font le lien entre le monde de l’enfance et celui de l’enfer de la guerre, et apportent la poésie nécessaire pour lire cette histoire. »

Et tant qu’on y est, j’en profite pour vous parler un peu d’Emile Bravo que j’adore. Découvert il y a de nombreuses années avec ‘Les Épatantes Aventures de Jules ‘ (Dargaud) qui le fait connaître du grand public via le magazine Okapi. En 2004, il signe « Boucle d’or et les sept ours nains » ( Seuil Jeunesse) et « Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill » (2007, Gallimard Jeunesse) qui remporte le Prix Essentiel à Angoulême en 2008.

Pour commander

C’est en 2008 que son plus vaste projet voit le jour – créer son Spirou dans un contexte précédant la Seconde Guerre mondiale –grâce au « Journal d’un ingénu« . Cet album que tout le monde s’accorde à reconnaitre comme une belle réussite est un vrai bijou !

Ce mois ci, Les éditions Dupuis viennent de publier la suite de cet album magnifique intitulé « L’Espoir malgré tout« ,, où l’on retrouve le jeune Spirou à Bruxelles à la veille de la deuxième guerre mondiale. Trois  autres tomes suivront et nous conteront la vie du jeune groom durant cette période sombre de l’occupation. Les tomes suivants paraîtront respectivement en 2019 (« Un peu plus loin vers l’horreur« ) et 2020 (« Un départ vers la fin » et « Une fin et un nouveau départ« ).

On peut, sans se tromper, annoncer que, dors et déjà, « L’Espoir malgré tout » est un pur chef d’oeuvre chargé d’émotions et de poésie. Sa lecture convient parfaitement à des enfants à partir de 10 ans (et jusqu’à 77ans ou plus).

On nous a coupé les ailes

Le Rallye 14-18

Retrouvez l’ensemble de nos dossiers sur le thème de la 1ère Guerre mondiale :

La 1ère Guerre Mondiale

    

Copyright © 2018. Large image de blogBout de gomme